Formations Événements

Isabelle Millon et  Kristof Van ROSSEM / Deux approches pour mener un dialogue socratique les 29 + 30 avril 2024 suivies de deux journées de formation, les 2 et 3 mai .

Rencontre entre Isabelle Millon et Kristof Van Rossem les 29 et 30 avril
Formation avec Isabelle Millon 2 et 3 mai

Deux approches pour mener un dialogue socratique

29 + 30 avril 2024

suivies de deux journées de formation (les 2 et 3 mai) avec Isabelle Millon.

 

Isabelle Millon et  Kristof Van ROSSEM

 

Nous avons le plaisir de vous inviter à assister les 29 et 30 avril 2024 à une rencontre avec Isabelle Millon et Kristof Van Rossem.

COMPARER LES DEUX APPROCHES.

Le 29 avril, dans leur atelier respectif, I. Millon et K. Van Rossem auront réfléchi sur le même thème, la liberté d’expression, mais en utilisant des approches différentes.

Ensuite, les participants seront invités à poser des questions sur les deux ateliers.

Le 30 avril, nous ouvrirons le dialogue avec Isabelle Millon et Kristof Van Rossem.

Nous tenterons de lister quelques similitudes et quelques différences entre les deux approches.

 

Ci-après veuillez trouver une liste non exhaustive qui vous permettra de vous donner une idée des questions de départ qui pourraient être abordées:

 

3.1. Quelques similitudes :

  1. Les méthodes sont inspirées de Socrate.
  2. Le contenu de la conversation et les capacités de réflexion sont toutes les deux essentielles.
  3. La conversation philosophique est plus qu’une activité. Il s’agit d’un exercice qui dure toute la vie.
  4. L’animateur est plus qu’une personne qui dirige un processus de pensée démocratique. Il/elle peut être comparée à un professeur de sport ou d’arts martiaux.
  5. L’animateur est impliqué existentiellement dans sa philosophie pratique. Elle fait partie intégrante de sa vie.

3.2. Quelques différences seront explorées :

  1. Le travail explicite ou non sur la psychologie de l’interlocuteur.
  2. La position centrale ou non de l’animateur lors de la discussion. Le type d’interaction du groupe en dépend.
  3. Les discussions de groupe sont une extension du coaching individuel ou le coaching individuel est une extension des discussions de groupe ?
  4. Le diagnostic des compétences lors des conversations dépend des différences d’animations.
  5. L’animateur aura ou non un point de vue sur le contenu. La ‘neutralité’ de l’animateur mérite d’être explorée.

 

Nous profiterons de la venue d’Isabelle Millon à Bruxelles pour organiser ensuite avec elle deux journées de formations les 2 et 3 mai.

Pour rappel une formation avec Kristof van Rossem est préalablement organisée à Liège les 25 et 26 avril. Voir ICI

 

 

  1. ISABELLE MILLON

 

Isabelle MILLON est philosophe-praticienne spécialisée dans l’éducation, formatrice, consultante, directrice de l’Institut de Pratiques Philosophiques (Paris, France) qu’elle a cofondé avec Oscar BRENIFIER, philosophe, et auteure de livres pour adolescents et adultes. Depuis plus de vingt-cinq ans, elle travaille sur le développement de la pratique philosophique, organisant et conduisant ateliers, projets pédagogiques en milieux scolaires, séminaires dans le monde entier, et formant des groupes à la pensée critique.

 

  • Le séminaire

 

Ce séminaire de formation s’adresse à toute personne impliquée dans les domaines éducatifs, sociaux et culturels : enseignants, bibliothécaires, parents, travailleurs sociaux…, souhaitant soit animer des ateliers philosophiques, soit chercher des outils qu’ils pourront utiliser dans leur activité professionnelle ou personnelle.

 

PENSER POUR SE CONSTRUIRE

 ou comment penser par soi-même pour faire penser les autres

 

Nous ne devons pas être emprisonnés dans nos propres pensées, nous devons devenir étranger à nous-mêmes de manière à pouvoir penser, comme nous devons nous aliéner nous-mêmes de manière à pouvoir être.

Dialoguer avec quelqu’un ne signifie pas imposer des idées sur les autres, mais penser, c’est-à-dire prendre le risque de voir nos propres croyances critiquées, analyser ce qui est dit afin de vérifier si une proposition est valide ou non, voir comment elle est fausse ou inutile, prendre simultanément une perspective et son contraire afin de tester une hypothèse, la construire, la développer. Cela signifie aussi faire un « effort de travail intellectuel » où les problèmes sont articulés (on apprend à le faire, à se réconcilier avec un problème généralement perçu comme un obstacle ou comme quelque chose de négatif).

Prendre conscience que nos actes et nos paroles sont en lien avec notre être propre, apprendre à prendre en charge nos émotions tout en nous invitant à la raison.

Déconstruire nos opinions, nos certitudes, nos préjugés, justifier nos paroles par des arguments valables, clarifier, approfondir, analyser.

Penser le pensable et l’impensable, penser de manière claire et rationnelle, écouter autrui en prenant de la distance avec soi-même, déconstruire pour reconstruire, pour « se » construire. Savoir poser des questions, savoir distinguer un « vrai » argument d’un argument rhétorique. Savoir penser à une chose et à ses limites.

 

  • Les objectifs

 

I/ Objectifs pédagogiques 

Travailler les enseignements de la pratique philosophique à travers des éléments théoriques et pratiques afin de pouvoir utiliser les principales attitudes et compétences de la pensée critique et ses trois aspects :

 

– Formuler des idées de manière claire et précise

– Poser des questions pertinentes

– Évaluer les avantages et les inconvénients d’une décision

– Identifier, construire et évaluer des arguments

– Détecter les incohérences et les erreurs courantes de raisonnement

– Produire des hypothèses pour interpréter un texte et lui donner du sens

– Apprendre à être le plus objectif possible

– Analyser des problèmes

– Identifier la pertinence et l’importance des idées

– Justifier ses croyances et ses valeurs

– Travailler les attitudes : les identifier, l’importance de les travailler durant un atelier, à quel moment c’est nécessaire de le faire

 

Le travail sur les compétences (interpréter, argumenter, questionner, conceptualiser, problématiser) s’effectuera à partir de matériel divers (questions, vidéos, textes, œuvres artistiques…).

 

  • Aspect intellectuel : penser par soi-même (travail sur les compétences)

– Proposer des hypothèses, des concepts.

– Structurer, articuler et clarifier, reformuler des idées.

– Comprendre les idées des autres et les siennes.

– Analyser.

– Travailler le rapport entre exemple et idée.

– Argumenter.

– S’initier à la logique : lien entre les concepts, cohérence et légitimité des idées.

– Élaborer un jugement.

– Se confronter à la pensée autrui

 

  • Aspect social : être et penser dans le groupe (travail sur les attitudes)

– Écouter l’autre, lui faire place, le respecter, le comprendre, s’intéresser à sa pensée.

– Se risquer et s’intégrer dans un groupe : se mettre à l’épreuve de l’autre.

– Se décentrer pour aller vers l’autre, vers sa pensée.

– Penser avec les autres au lieu d’entrer en compétition avec eux.

 

  • Aspect existentiel : être soi-même 

Singulariser et universaliser sa pensée, ses idées ; prendre conscience de soi, exprimer son identité au travers de ses choix, apprendre à se confronter à autrui.

 

 

II/ Moyens pédagogiques 

 

– Maïeutique socratique, méthode initiée par Oscar Brénifier, Philosophe, et développée au fil des ans au sein de l’Institut de Pratiques Philosophiques.

– Apports théoriques appuyés par des mises en situation et des exercices de pratique utilisant les attitudes et compétences.

 

III/ Contenu

 

– Montrer et expérimenter à travers des exercices diverses modalités de questionnement, clarifier leur fonction, connaître différentes stratégies. Acquérir des outils pour penser à travers des compétences : identifier (argumenter, analyser, expliquer, donner des exemples…), problématiser, conceptualiser (ces compétences sont transversales et applicables à l’enseignement de toute matière car liées à la construction de la pensée sans laquelle ne s’effectue aucun apprentissage adéquat), et des attitudes : se poser, prendre de la distance avec soi-même, s’étonner, se confronter à l’autre…

 

– Expliquer le rôle de l’animateur : préparer, organiser une séance, apprendre à conduire une séance, l’évaluer, choisir les supports écrits et visuels en fonction de l’âge du public. Travail méthodologique. Vocabulaire à connaître.

 

 

  1. KRISTOF VAN ROSSEM

 

KRISTOF VAN ROSSEM (1969) titulaire d’un master en philosophie, il travaille en tant que formateur indépendant dans des entreprises, associations, écoles et administrations. Il est formateur d’enseignants à l’Université de Louvain, où il mène un séminaire annuel sur la didactique du dialogue philo. Il enseigne la philosophie et l’éthique d’entreprise à la Haute École de Bruxelles (Odisee University College). Il a publié différents ouvrages sur la pratique et la didactique de la philosophie.

 

Son livre  « Leerling of Bekeerling. Radicalisering bespreken in de klas » (Leuven, Acco, 2017) s’agit sur comment parler de la radicalisation avec des jeunes à l’école. Le livre contient plusieurs exercices pour entraîner l’esprit critique et stimuler une culture de dialogue et de nuance en classe. Il mène une formation basée sur ce livre pour e.a. Entre-Vues. Kristof a mené son programme ‘l’art de questionner’ pour plusieurs associations et entreprises en Belgique et à l’Étranger. Il travaille actuellement avec des agents de police et des professionnels dans le soin dans le cadre de ‘dé/radicalisation’ pour plusieurs grandes villes comme Amsterdam, Rotterdam, Anvers.  Ses derniers engagements concernent des programmes de pensée critique sur l’intelligence artificielle. Ce sont des formations qui sont organisées par CEFORA en Belgique.

 

Cette année, il a publié ‘The Philosophical Conversation. The basics’ (JohnHuntpublishers, 2024). Cet atelier sera basé sur le modèle exposé dans ce livre.

 

Contact : www.dialoguesocratique.be

 

  • Le séminaire

 

La tradition dans laquelle Kristof Van Rossem travaille est celle de l’école allemande du dialogue Socratique Nelsonien. Ensemble avec son collègue hollandais Hans Bolten, il a interprété cette méthode dans les années 2000 et l’a rendu plus vite, souple et accessible au travail de consultation de dialogue et réflexion dans les organisations, entreprises etc. L’élément typique du style allemand est la concentration sur la référence des énonces : qu’est-ce que les concepts utilisés signifient concrètement? Est-ce qu’il y a une référence p.ex. d’un concept comme ‘la volonté libre’ dans le vécu? Ceci est investigué ensemble avec les interlocuteurs.

 

Trois éléments importants d’une culture (organisationnelle) dans laquelle la nuance et le dialogue sont centraux sont : écouter, parler clairement et penser ensemble.

 

 

  1. L’écoute implique non seulement d’écouter de manière sélective ce qui vous intéresse, mais aussi d’avoir une attitude disponible. Vous le rendez concret en étant capable de reproduire exactement ce que l’autre personne a dit. L’écoute implique également une empathie cognitive : vous pouvez imaginer ce que l’autre personne ressent.

 

  1. S’exprimer clairement signifie, outre la conscience de ce que l’on veut dire, la capacité de le faire de manière claire et concise, formulée, raisonnée, structurée, arrondie, etc. En outre, votre présence physique est également importante : articulez bien, donnez la bonne hauteur de voix, contrôlez votre respiration, etc. Cela signifie également : travailler l’affirmation de soi, être capable et oser prendre la parole, se positionner, etc.

 

  1.  Une conversation est aussi un dialogue si vous réfléchissez ensemble. Cela implique de ne pas s’entêter et d’être prêt à abandonner sa position s’il existe de meilleurs arguments. Il s’agit également de savoir poser des questions ciblées et d’organiser les réunions de manière à permettre la nuance et la convivialité.

 

Le programme de cet atelier rend capable les participants à mieux développer leurs capacités cognitives et émotionnelles à comprendre et à maîtriser les énoncés et les (manques de) raisonnements spontanés de leurs interlocuteurs. Nous nous concentrerons sur des compétences dialogiques, par exemple la capacité de rester hors du contenu des énoncés afin de pouvoir se montrer empathique + afin de pouvoir se concentrer sur le questionnement et l’écoute.

Au cours de cet atelier interactif et pratique, les participants apprennent à questionner les opinions de l’interlocuteur, à relever les idées, les arguments et les hypothèses qui les sous-tendent, à les comprendre, les soutenir et à les critiquer avec audace et respect comme le faisait Socrate. Ils apprennent aussi comment gérer une conversation de manière diplomate afin de pouvoir cibler le public concerné.

L’atelier consiste en 4 parties :

  1. Exercice ‘Socrate sur le marché’ sur le questionnement et l’écoute
  2. Démonstration d’une dialogue socratique ‘légère’ en groupe comme expliqué dans le livre + tours d’animation des participants
  3. Démonstration d’un dialogue socratique à deux (consultation philo)
  4. Évaluation et questions critiques sur la méthode

 

  • Les objectifs

La liste complète des compétences d’un facilitateur se trouve décrite  ICI  (compétences animateur) . Pendant l’atelier Kristof Van Rossem travaillera les plus importants. Les compétences sont aussi bien celles de l’animateur que celles des participants. L’animateur par contre les montre constamment en utilisant l’écoute et les questions et en analysant les comportements des participants.

 

Où et quand ?

Les 29 et 30 avril / rencontre Isabelle Millon- Kristof Van Rossem

Les 2 et 3 mai / Formation Isabelle Millon

Centre d’Action Laïque

Salle Willy Peers

Campus de la Plaine ULB – CP 236

Avenue Fraiteur

1050 Bruxelles

Inscription

Inscription par mail à renvoyer à  elsa.simon@laicite.net  en mentionnant :

Nom, prénom, adresse, téléphone, adresse mail, profession/association

Renseignements : 0474 652 541

PAF : 175 € pour les 4 jours ou 100€ pour 2 jours

 

Pour valider l’inscription, verser la somme de 175 € ou de 100€  sur le compte de l’asbl Entre-vues. IBAN : BE34 0012 2416 8490 avec la mention Dialogue Socratique.

Attention, le versement confirme l’inscription.